PDF Auteur Carine Beaufils ↠ "J'ai oublié le titre" : Mémoires d'une animatrice en EHPAD Alzheimer ñ pdf ↠ Télécharger

tbooks.tk

Animatrice Je suis devenue animatrice en rsidence Alzheimer compltement par hasard Banquire dmissionnaire, je cherchais un job sans responsabilits, sans objectifs, sans k et permettant de se regarder dans un miroir en rentrant le soir J avais t forme pour vendre des PEL et des assurances vie Je connaissais le taux du prlvement forfaitaire libratoire, le cours du CAC 40 et la loi des finances sur le bout des doigts Je ne connaissais rien la personne ge, ce pour quoi je n avais aucune excuse puisque ma mre est mdecin en griatrie, spcialise dans la maladie d Alzheimer La dmission possdant cette particularit de n tre pas indemnise par Ple Emploi, j ai suppli toutes mes connaissances de me trouver un poste dans un bureau quelconque, mme mal rmunr, mme inintressant, mme en dessous de toutes mes qualifications, mme dans une mine de charbon Or, il ne s est trouv qu une opportunit, du ct de ma mre C tait le poste de responsable de l animation On me l a propos, je l ai bien sr refus Comme tout le monde, j avais regard des documentaires chocs sur la maltraitance en maison de retraite comme beaucoup, je n aimais pas les vieux et comme la majorit, je connaissais peu Alzheimer mais juste assez pour esprer que a ne toucherait jamais ma grand mre On a insist, j ai fini par accepter Je n avais aucune ide prcise du monde dans lequel j allais entrer La rsidence en toile La rsidence dans laquelle je travaille plat toujours aux visiteurs Sa structure a t ralise sur la base d une belle demeure bourgeoise du dbut du XXe sicle qui constitue aujourd hui les locaux administratifs Une passerelle de verre relie ce corps principal une grande annexe organise en toile sur deux tages dans lesquels se rpartissent huit units qu on appelle appartements Chaque appartement accueille treize personnes ges qui disposent toutes d une chambre avec sanitaires L ensemble des treize chambres s articule autour d un salon commun prolong par une grande cuisine l amricaine avec un bar passe plat On appelle ce lieu tisanerie La pice ainsi forme est baigne de lumire en permanence grce une immense baie vitre donnant sur le parc priv de la rsidence Chaque appartement dans son bras d toile est reli au coeur par un long couloir en enfilade qui permet de dambuler et d accder aux ascenseurs Huit appartements de treize rsidents, ce sont cent quatre chambres, c est donc immense, or trangement, a n y parat pas Peut tre du fait de l agencement en toile Ou de l organisation en trs petites units Au contraire de toutes les maisons de retraite que j avais pu voir jusque l, c est joli, mme presque beau Les murs sont peints en orange doux, dcors de tableaux simples et colors Et puis a sent bon On a tous l ide de la maison de retraite qui fleure l urine, aux murs blanc hpital et l immense cantine au rez de chausse Notre tablissement est l oppos de cette image, grce son architecture et ses bataillons de personnel C est que trois ASH femmes de mnage oeuvrent en permanence, coordonnes par la responsable hygine et qualit Deux aides soignantes ou AMP aides mdico psychologiques par appartement veillent sur les rsidents Elles sont chapeautes par deux IDE infirmires diplmes d tat qui pratiquent les soins, elles mmes tant supervises par une IDEC ide coordinatrice L ensemble est plac sous la houlette du md co mdecin coordonnateur Trentenaire, lasse de vendre des assurances vie, Carine Beaufils a pris le job par hasard Elle s est prise de passion pour cet univers jug effrayant par beaucoup Elle observe les patients avec humour et tendresse et cela donne un livre parfois poignant mais souvent rjouissant parce que des envies, des souvenirs, du bonheur en somme, mergent du brouillard de la mmoire des malades Jacqueline de Linares Le Nouvel Observateur du 17 avril 2014

Error opening file cache/tbooks.tk/tbooks.tk-11/2749240220.db